19-06-2023 Salon

DOSSIER THÉMATIQUE #1 Emploi et formation - Volet 1 : Portraits de reconversions

Dégradé générique
Paragraphes
Ckeditor

"Les métiers du bâtiment sont en pleine transformation et source d’emplois, notamment en raison des exigences de la transition écologique et de la rénovation énergétique. Contrairement aux idées reçues, ces métiers correspondent de plus en plus aux aspirations des jeunes - au masculin et au féminin. Ce sont des métiers fondés sur des relations de proximité, d’équipe, qui ont du sens, permettent de progresser et de créer sa propre activité. Nous vous invitons à découvrir 3 portraits de chefs d’entreprise que nous avons accompagnés et/ou soutenus. Elle et ils ont opéré une reconversion professionnelle réussie et œuvrent pour casser les préjugés associés aux métiers du bâtiment. Plus que des mots, voici des exemples concrets ! "

 

Odile Van Kote

Responsable Service Emploi de la CAPEB RHÔNE ET GRAND LYON  
et Directrice de l’ICRE BTP du Rhône

 

Adrien Grivot

Maîtriser la globalité de l’activité

Après des études d’ingénieur et un parcours de plus de 15 ans dans l’industrie, Adrien Grivot a réalisé son rêve. En 2019, accompagné par la CAPEB RHÔNE ET GRAND LYON, il a créé son entreprise de second œuvre, AGnova.

 

« Depuis 2003, j’ai occupé différents postes dans le secteur industriel. J’ai toujours voulu créer mon entreprise, mais je n’avais pas assez de fonds propres. Après 6 années chez Algeco en tant que responsable de production puis d’exploitation, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure. » Passionné par la rénovation des bâtiments, il se forme pendant 9 mois à l’AFPA et crée AGnova en région lyonnaise, une entreprise de second œuvre. « Je voulais proposer une offre complète aux clients, être confronté à des problématiques variées et avoir une vision globale du chantier. Je me suis lancé seul un an à peine, puis j’ai dû recruter ». Il est désormais entouré d’un plâtrier peintre et d’un plombier polyvalent. Adrien recherche plutôt des collaborateurs autonomes sur leur corps de métier mais qui ont envie de s’ouvrir à d’autres compétences. C’est indispensable dans les petites structures.  

Il ne regrette pas sa reconversion. D’abord parce qu’il travaille avec ses mains et que c’est important pour lui « J’ai atteint mes objectifs. L’entreprise permet de faire vivre 3 familles. C’est très satisfaisant. Ensuite, à la différence d’un salarié, déconnecté de l’objectif final, je gère la globalité de l’entreprise, de la comptabilité à la technique sur les chantiers, en passant par les RH ». Un sujet qui l’intéresse particulièrement.

AGnova est passée à la semaine de 4 jours en septembre dernier. Jusqu’alors l’équipe en 35 h sur 5 jours, ne travaillait pas le vendredi après-midi. C’était peu efficace : les temps et frais passés en déplacements, le montage du chantier pour une demi-journée. Alors il a proposé à ses salariés de ne plus travailler le vendredi matin. « Ils ont des week-ends de 3 jours mais lorsque les chantiers le nécessitent, les heures supplémentaires sont possibles le vendredi matin. Et moi j’ai ma journée pour l’administratif, les dépannages et le commercial ». Une véritable innovation sociale dans le bâtiment saluée par la CAPEB qui a accompagné Adrien dans cette évolution.

 

Liv-Sonia PIRODON

Dans le bâtiment, les femmes ont toute leur place

Après avoir créé deux agences de communication, Liv-Sonia PIRODON a décidé de rejoindre le monde de l’électricité en créant en 2009, Illuminance, une société d'électricité générale. Un pari réussi, qui milite en faveur de la féminisation des métiers du bâtiment.

 

A 44 ans, Liv-Sonia cultive depuis plus de 20 ans sa passion de l’entrepreneuriat. Après un master en marketing et communication, elle crée en 2001 une première agence de communication, puis une deuxième qu’elle revend en 2008. Elle rejoint alors sa mère qui dirige une entreprise d’électricité et d’éclairage public avec l’ambition de la reprendre. « Malheureusement, l’entreprise était importante, j’étais jeune et les banques ne m’ont pas suivie » Elle décide alors de créer son entreprise avec une associée électricienne. « Je me suis formée à la création d’ambiance pour proposer une offre complémentaire à l’électricité avec de la mise en lumière intérieure et extérieure, une vraie valeur ajoutée ». Son associée Natacha travaille sur les chantiers pendant que Liv-Sonia gère l’administratif, le commercial, les RV de chantier. Mais elle n’hésite pas à aider ponctuellement sur le terrain.

Quand on lui demande quel regard les clients et confrères portent sur leur duo féminin, elle répond qu’elles ont construit leur réputation sur leur professionnalisme, leur rigueur et les belles finitions. « Nos confrères apprécient la façon dont on mène les chantiers. Ils aiment notre côté coopératif qui facilite les interactions. Ceux qui avaient des doutes, parce que nous étions des femmes, nous ont regardé travailler et ils ont vite changé d’avis ».

Liv-Sonia encourage les jeunes à rejoindre les métiers du bâtiment. « Je me bats pour qu’on arrête d’orienter les jeunes vers les filières dites nobles, dans lesquelles ils s’ennuient le plus souvent. Les métiers techniques sont passionnants et exigeants. En électricité, il faut être bon en mathématique, en physique… il faut savoir réfléchir, avoir l’esprit qui percute »

Les filles ne doivent pas renoncer à cause des préjugés, notamment sur la force physique qui serait nécessaire pour ces métiers. Il existe désormais des outils adaptés. Elle recommande aux filles le métier de l’électricité « Il y a des manipulations délicates pour lesquelles les femmes sont plus à l’aise. Mais il n’y a pas de métiers destinés aux femmes et d’autres aux hommes. Il faut se donner les moyens, se battre pour entrer dans cette aventure passionnante, où les gens sont sympathiques ».
Très investie pour son métier et pour l’artisanat du bâtiment, Liv-Sonia est devenue la première femme Vice-Présidente de son organisation professionnelle, la CAPEB RHÔNE ET GRAND LYON.

 

Christian Gentil

Le savoir-être est plus important que le savoir-faire !

Il y a presque 10 ans Christian Gentil créait CG REALISATION, une entreprise familiale de second œuvre et de rénovation. Passionné par la rénovation et très exigent sur la qualité, il a constitué au fil du temps une équipe reconnue pour son engagement et son implication, des atouts clefs pour réussir dans ces métiers.

Avec l’aide de l’ICRE BTP du Rhône, après un parcours en industrie et agencement, Christian se lance dans l’aventure de l’entrepreneuriat en 2014, en créant son activité dans le second œuvre. Très vite les chantiers se succèdent et son épouse le rejoint au poste de directeur général pour l’accompagner. Puis il embauche pour constituer une équipe multi-compétences de 9 personnes, couvrant tous les corps de métiers de second œuvre.

Dans ses recrutements, les compétences techniques n’ont jamais été ses critères de choix : « Je cherche un état d’esprit plutôt que des savoir-faire qu’on est capable d’acquérir à n’importe quel âge. Mon équipe est issue de tout milieu, de tout métier ». Pour lui, autant il est difficile de changer sa personnalité, autant il est facile d’apprendre un métier dans le bâtiment quand on en a la volonté.

Une de ses collaboratrices est une jeune femme qui a commencé son parcours professionnel dans la vente et souhaitait se reconvertir « Elle a suivi une formation accélérée dans la peinture en bâtiment et a rejoint CG REALISATION où elle s’est formée à d’autres métiers. Elle est aujourd’hui un des maillons forts de l’entreprise ». Avec plus d’une corde à son arc, elle maîtrise carrelage, plomberie, électricité… et bien sûr peinture. « Nous avons aussi embauché 2 architectes d’intérieur, une qui était photographe professionnelle, et qui a commencé son parcours dans le monde de la cuisine avant de nous rejoindre et l’autre, architecte des Bâtiments de France qui est en formation en architecture d’intérieur. Elles ont voulu changer de voie et ça fonctionne. Elles ont l’esprit d’équipe, le savoir-être, la capacité d’écoute. Dans le bâtiment on peut démarrer avec peu de compétences, et on apprend ! » Seule condition, accepter les conseils de chacun, et construire son expérience pas à pas. 

La solidarité est également un moteur pour Christian Gentil. Quand ses salariés expriment le souhait de créer leur activité, ils peuvent compter sur lui. Il a aidé un de ses anciens carreleur à se lancer et lui a confié ses premiers chantiers en sous-traitance. « Ce n’est pas par volonté stratégique mais par esprit de solidarité. C’était un bon élément, … et aujourd’hui, je recrute pour le remplacer avec le même état d’esprit, un esprit d’équipe et de partage ».