17 novembre 2020

TerriSTORY® : Tout pour devenir une success story

Deux ans après son lancement par l’agence régionale AURA-EE, avec le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de l’ADEME, TerriSTORY®, l’outil web d’aide à la décision des territoires engagés dans la transition écologique, fédère aujourd’hui plusieurs Régions et partenaires. Tous convaincus que l’accélération de la transition nécessite de gérer les données climat, air, énergie, environnement comme un bien commun. Entretien avec Didier Château, Directeur d’AURA-EE.


Didier Château, Directeur d’AURA-EE 

Pouvez-vous nous expliquer ce qui a motivé la création de cet outil ?


Au départ, cet outil web a été pensé pour renforcer le suivi des politiques publiques de la région Auvergne Rhône-Alpes en matière de transition, grâce à la mise à disposition d’indicateurs fiables en capacité de guider les réflexions des territoires, à toutes les échelles.  Le constat préalable était qu’il fallait vraiment accélérer pour se mettre en situation d’atteindre les objectifs très ambitieux fixés à l’horizon 2050. Or aujourd’hui, les enjeux sont de plus en plus complexes. Il y a 20 ans, on était dans une logique de soutien et de développement des ENR, maintenant, il nous faut activer de multiples leviers simultanément : développer l’économie circulaire, la mobilité dé-carbonée, les circuits courts, la production d’énergies décentralisées, etc… ce qui est beaucoup plus complexe car on se trouve au croisement d’intérêts et de besoins parfois contradictoires. De fait, mieux connaître les spécificités de son territoire, en disposant de données fiables et consolidées nous est apparu comme une priorité. L’outil terristory.fr compile de nombreux indicateurs territoriaux multithématiques mais aussi un ensemble de fonctionnalités pour construire, suivre et évaluer la trajectoire de transition des territoires.
Les impacts socio-économiques  comme la baisse de la facture énergétique, la valeur ajoutée générée, ou les retombées fiscales locales…mais aussi environnementaux comme les émissions de GES évitées, peuvent par exemple être visualisés en simulant différents scénarios. C’est donc un outil d’aide à la décision pour les élus, un outil d’information pour le plus grand nombre car les données compilées sont accessibles de manière très lisible et enfin un support pour développer des coopérations entre des territoires voisins.

Après deux ans de fonctionnement, quel premier bilan tirez-vous ?

Un bilan très positif et encourageant. Pourquoi ? Tout d’abord parce qu’en moins de 18 mois, 6 régions nous ont rejoint pour développer l’outil et l’utiliser sur leur territoire, ce qui confirme d’une part un vrai besoin de partage de la connaissance sur les données air-climat-énergie, mais aussi le fait que l’outil, tel que nous l’avons conçu est jugé pertinent. Nous avons donc créé un consortium pour piloter le développement de l’outil.
Ensuite, fin janvier 2020, aux Assises européennes de la transition énergétique, Enedis, GRDF, GRT gaz et RTE, mais aussi  les agences régionales AREC Occitanie et Nouvelle-Aquitaine, le Réseau des agences régionales de l’énergie et de l’environnement (RARE), l’Inria et Atmo France ont rejoint le consortium TerriSTORY®. Ce qui est très riche c’est que nous fédérons des producteurs de données, en capacité d’alimenter l’outil mais aussi des collectivités locales, qui portent des politiques publiques et sont donc au premier rang pour exprimer leurs attentes.
Autre point positif, TerriSTORY® est devenu en Auvergne Rhône Alpes un outil de référence, notamment pour tous les territoires engagés dans la démarche TEPOSCV, ce qui couvre environ 60% de la population régionale. 

Quels sont vos prochains objectifs ?

Nous ne sommes pas au bout du chemin, mais tous les signaux sont au vert pour faire de TerriSTORY® un outil public, collaboratif, en constante évolution et surtout conçu par et pour les acteurs des territoires. Un outil qui sensibilise et offre un cadre de référence pour définir une trajectoire de transition adaptée. C’est à dire fondée sur les potentiels et les ressources du territoire et non en fonction des dispositifs de financements disponibles.
Au sein du consortium, nous nous interrogeons collectivement sur les données pertinentes, nous sélectionnons des indicateurs, définissons la manière de les fiabiliser.
Nos objectifs, à court terme, sont donc d’enrichir la base de données, mais aussi d’inciter les territoires à formaliser leur trajectoire de transition et à la partager. Une des difficultés des collectivités est, en effet, de mettre en récit cette trajectoire pour en faire un projet de territoire et de vie, qui fasse sens auprès des habitants. En s’ancrant sur les territoires, en permettant de simuler des scénarios et de faire des choix éclairés, TerriSTORY® entend les y aider. Et puis bien sûr, nous avons l’ambition d’intégrer de nouveaux acteurs au sein du consortium, pour étendre sa couverture territoriale et intensifier les partenariats. 

Exemples d’indicateurs mis à disposition par TerriSTORY® aux mailles régionales, EPCI, TEPOSCV communes    

  • Consommations énergétiques détaillées par secteurs (résidentiel, industrie, transports, etc…), par type d’énergies ou par usages (chauffage, cuisson, froid, etc…)
  • Productions d’énergies renouvelables par filières (photovoltaïque, éolien, méthanisation, bois-énergie, etc…)
  • Emissions de gaz à effet de serre détaillées par secteurs, par type d’énergies et par usages
  • Qualité de l’air : six polluants recensés : oxydes d’azote, micro-particules…
  • Mobilité : flux domicile-travail, part des déplacements effectués en transports en communs, etc…
  • Factures énergétiques par habitant par communes de l’EPCI
  • Impacts emploi et création de valeur des actions engagées
  • Indicateurs socio-économiques : taux d’emploi par communes, exploitations agricoles bio, etc…

Pour en savoir plus et découvrir l’outil : 
https://terristory.fr/
 

Partager cette page :
Actualité précédente
Actualité suivante