13 septembre 2018

[TRIBUNE Abdoulaye Kanté - Directeur de l'ADEA] "ENR, il est urgent de répondre aux besoins de l'Afrique!"

[TRIBUNE - Abdoulaye Kanté, ADEA]

Les pays africains sont confrontés à trois enjeux énergétiques majeurs : sécuriser l’approvisionnement en énergie avec des infrastructures modernes, répondre aux besoins d’une population qui devrait doubler pour atteindre 2 milliards d’habitants en 2050, et accompagner une croissance économique de l’ordre de 4 à 5 % par an. L’Afrique a besoin de 10 gigas d’énergie supplémentaires par an pour conduire son développement. Il y a urgence à relever ce défi qui représente de réelles opportunités de business.
A condition de se mettre en ordre de marche.

Abdoulaye Kante_2_0.jpg

Pour la première fois, ces enjeux sont partagés par les acteurs politiques et institutionnels locaux. La transition énergétique est devenue une priorité pour le continent. Dans le traité, signé en mars dernier, qui crée une zone de libre-échange en Afrique (la ZLEC), les 54 pays africains se sont engagés sur des objectifs ambitieux : la nouvelle vision Agenda 2063. En 2030, 50% de la production énergétique devra être d’origine renouvelable, en 2050, ce taux devra atteindre 75% et 100% à l’horizon 2063. Des objectifs largement atteignables. Avec un taux d’ensoleillement exceptionnel et un réseau fluvial très dense, l’Afrique regorge de potentialités pour développer les ENR.

Dans tous les pays d’Afrique, les politiques énergétiques se déploient autour de deux axes : l’accessibilité de l’énergie dans les zones rurales isolées et la promotion d’un développement urbain vertueux et durable.

Dans les zones rurales, l’ambition est de dimensionner la production d’énergie en fonction des besoins réels de la population, d’installer des unités de production proches des habitations mais aussi de résoudre simultanément d’autres problématiques, comme l’acheminement de l’eau ou le développement des moyens de communication. Le développement de villes nouvelles et durables a, quant à lui, été inscrit sur l’agenda 2030 de la plupart des pays, avec deux enjeux clefs : améliorer l’efficacité énergétique et soutenir la production massive d’ENR pour des villes moins énergivores. Toutes les capitales portent au moins un projet répondant à ces exigences. 22 projets de Smart city sont financés ou en cours de réalisation. Pour la première fois, les villes changent dans le bon sens !


Les bailleurs de fonds sont également au rendez-vous. A partir de 2019, 100% des financements accordés par la Banque Mondiale, la BAD concerneront des projets portant sur les ENR. D’ici 2030, 40 à 50 Mds de $ par an seront dédiés à leur réalisation. La concurrence va être rude et l’Europe doit se positionner très vite sur ce fabuleux potentiel. La Chine et l’Inde sont en place depuis longtemps et en capacité à développer des projets clés en main très rapidement, avec un système de financement extrêmement réactif piloté par la Banque publique chinoise Exim Bank. Les Chinois ont déjà investi 38 Mds $ sur le continent Africain et ils viennent d’annoncer à l’occasion du dernier Sommet Chine-Afrique FOCAC 2018 un nouveau financement sans condition de 60 Mds de $ pour les années à venir. La Chine est le premier partenaire commercial de l'Afrique depuis 2009 avec un montant des échanges qui passera de 170 Mds de $ en 2017 à 400 Mds de $ en 2020.

Les européens doivent rattraper leur retard en s’appuyant sur des offres rapides à mettre en œuvre. Des offres sur lesquelles les Groupes comme les PME pourraient notamment valoriser le transfert de technologie, le partenariat avec le secteur privé local et la maintenance, les points faibles des chinois. Les majors français ont pris conscience des opportunités du continent africain. EDF, Vinci, Engie, Akuo, Total, Suez … sont aujourd’hui positionnés sur des projets Partenariats Publics Privés. Une des réalisations exemplaires est la centrale de Zagtouli, au Burkina, la plus grande ferme solaire d'Afrique de l'ouest qui se déploie sur 60 hectares avec une capacité de production maximale de 33 mégawatts. Construite par Cegelec, filiale de Vinci Énergie, associé au fournisseur allemand de panneaux photovoltaïques SolarWorld, son coût de 50 m€ a été financé par l’Union Européenne et l’Agence française de développement (AFD). Des projets similaires sont en cours de réalisation dans les pays limitrophes : la Centrale Kita (50 MW) au Mali, la Centrale Ten Merina (30 MW) au Sénégal ou encore le barrage hydroélectrique Nachtigal (420MW) au Cameroun…

En ce qui concerne le champ d’actions des PME, celles-ci devraient se positionner sur les projets d’équipement des zones rurales isolées. 100 villages par an et par pays sont à électrifier avec des budgets de l’ordre de 1 à 5 M€. Elles peuvent également s’intéresser aux installations d’autoconsommation dans les bâtiments de l’administration ou les entreprises. Et puis, il y a énormément de potentiels de sous-traitance dans le cadre des projets des majors.


La 18ème édition du forum Eurafric organisé par ADEA qui se déroulera à BePOSITIVE du 13 au 15 février prochain à Lyon est une opportunité pour les acteurs européens de découvrir la réalité des attentes des pays africains et de se positionner sur ce continent d’opportunités. En partenariat avec le Pool Energétique d’Afrique Centrale (PEAC) organisme regroupant 11 pays d’Afrique centrale. 10 projets sélectionnés qui ont déjà obtenu des promesses de financement seront présentés par les porteurs de projet : installations photovoltaïque, hydroélectricité ou encore électrification rurale.

Le montage de tels projets internationaux demande technicité, persévérance et connaissance des circuits, notamment sur l’aspect financement. ADEA accompagne les entreprises avec un package global, en mode management de projet, étape par étape. La clé du succès sera liée à la capacité des entreprises à comprendre les besoins, à s’organiser et à le faire en groupement de type GME !


Logo ADEA.png[TRIBUNE DE] Abdoulaye Kanté
Directeur ADEA | Agence de Développement des Entreprises en Afrique
a.kante@adeafrance.org


Partager cette page :
07 septembre 2018

Rencontres Africa : l'événement business pour réussir en Afrique

Les 24 et 25 septembre, des centaines de dirigeants se donnent rendez-vous au Palais des Congrès de Paris pour la plus importante rencontres d’affaires sur l’Afrique.
Lire la suite

Abonnez-vous à notre news !

Pour recevoir notre newsletter marché sur les actualités clés de la filière, merci de compléter le formulaire suivant :

© 2017 tous droits réservés. Mentions légales