19 novembre 2019

Les chaudières au bois veulent prendre leur part dans la transition énergétique !

18 000 chaudières bois devraient être commercialisées en 2019, soit une progression de 50% par rapport à 2018 toutes énergies bois confondues, et +100% pour les chaudières à granulés. Sur un marché stimulé par la fin des chaudières au fuel, le Syndicat Français des Chaudiéristes Biomasse se mobilise. Il entend rendre visible ses solutions, affirmer ses positions et être un acteur qui compte dans la transition énergétique.

 

 

Entretien avec Thomas Perrissin, son vice-président.

Thomas PERRISSIN BD.JPG

Pourquoi un Syndicat pour les chaudiéristes Biomasse et quelle est son ambition ?

Le SFCB est un tout jeune syndicat, créé il y a deux ans pour porter la voix de la filière des chaudières à bois. Il regroupe 18 entreprises de taille intermédiaire qui représentent pratiquement l’intégralité du marché. Elles se sont fédérées pour démontrer que le chauffage central au bois est une solution vertueuse et pérenne pour la transition énergétique. Avec 43% de la production d’énergie renouvelable, le bois figure à la première place en termes de source d’énergie renouvelable en France avec de nombreux atouts notamment environnementaux. En plus, comme il est issu de nos régions, il génère une dynamique économique pour nos territoires. Enfin, le chauffage au bois est un maillon indispensable à la filière bois :il permet de maintenir l’équilibre des scieries en valorisant les produits connexes pour la production des combustibles.

La fin des chaudières au fuel est désormais engagée, comment la filière se positionne-t-elle ?

Grâce au plan de sortie du fioul, 3 à 4 millions de logements français équipés d’une vieille chaudière au fioul devraient basculer vers des solutions renouvelables. Les chaudières centrales à bois, peu présentes sur le marché du neuf sont souvent choisies pour remplacer les équipements au fioul. Le potentiel est énorme ! 1 million de chaudières devraient être remplacées d’ici 2023. Cette substitution se fait en toute sécurité pour les consommateurs qui ne prennent aucun risque, ni technique, notre matériel est éprouvé, ni financier, le prix du bois est largement concurrentiel par rapport aux énergies fossiles et au nucléaire. Pour notre filière, il s’agit d’une véritable opportunité sur laquelle nous devons nous positionner en faisant valoir nos atouts.

Quelle est votre point de vue sur les dernières évolutions des aides du gouvernement ?

Il y a des décisions qui vont dans le bon sens et d’autres moins. Nous nous réjouissons par exemple de la mise en place de la nouvelle prime unifiée, qui intègre désormais le CITE et les aides de l’ANAH. Pour la première fois, le niveau d’aide sera plus important pour les chaudières bois et le solaire thermique que pour les Pompes à chaleur. L’Etat privilégie enfin l’énergie renouvelable produite sur le territoire. Par contre, nous regrettons la suppression des aides pour les ménages les plus aisés. C’est la fin d’un signal fort et stimulant pour un profil de consommateurs moteurs dans la transition énergétique. Parallèlement, il y a des incertitudes sur la gestion de ces aides confiée à l’ANAH qui ne serait pas encore prête. Alors que le niveau d’engagement est élevé sur le premier trimestre 2020, certains projets risquent d’être retardés si le côté administratif ne suit pas. Tous ces changements ne favorisent pas la transition énergétique, ils bousculent les filières. Les signaux ne sont pas clairs et ce n’est confortable pour personne. Ce n’est pas tant le montant des aides qui est important mais leur lisibilité.

Le chauffage au bois a longtemps été montré du doigt pour la pollution atmosphérique qu’il générait, où en est-il aujourd’hui ?

Depuis 15 ans la filière bois énergie a entamé, de manière visible et certifiée avec le label Flamme verte, une mutation des équipements de chauffage au bois. Les rendements énergétiques ont augmenté d’au moins 25 % en moins de 15 ans et les émissions de polluants dans les concentrations de fumées ont considérablement diminué. J’aime bien citer à titre d’exemple l’expérimentation de la vallée d’Arve, celle qui conduit à Chamonix.

Visuel Pellematic Compact BD.JPG

Première vallée à avoir adopté un PPA, Plan de Protection de l'Atmosphère, elle a entamé en 2013 un programme de renouvellement des appareils de chauffage en sensibilisant les usagers sur le choix du matériel et du combustible. Un système de mesure de la pollution a également été mis en place. Les résultats, 6 ans après, sont probants. Le taux d’émissions particulaires a fortement baissé avec un nombre d’appareils constant voire en augmentation.

Comment abordez-vous l’année 2020 ?

Près de 25% des ménages français, soit plus de 7 millions de logements, utilisent aujourd’hui un équipement de chauffage au bois. L’objectif du gouvernement est de porter à 9,5 millions le nombre de logements chauffés au bois en 2023… avec un appareil efficace. Le potentiel est bien là ! Au cours des 3 premiers trimestres 2019, les ventes de chaudières à granulés ont augmenté de + 99 % et celles des chaudières à plaquettes de + 13 %, grâce notamment au remplacement des chaudières fioul. Au total, 18 000 chaudières bois devraient être commercialisées en 2019, contre 12 000 en 2018. C’est bien ! Cependant, nous aurions pu mieux faire. Nous avons été pénalisés par un manque d’installateurs Qualibois Eau. Sur un marché en plein boom, les chauffagistes n’avaient pas anticipé la sortie du fioul et la formation des installateurs a été insuffisante en 2018. Le retard est en train de se combler. Grâce à un programme de formation intense, 863 installateurs ont été formés au premier semestre 2019, contre 309 au premier semestre 2018. Le marché bénéficie désormais de 30 à 50% plus d’installateurs supplémentaires. Nous abordons l’année 2020 enthousiastes et équipés, la mécanique est enclenchée. La performance du marché ne sera peut-être pas aussi forte qu’en 2019, mais elle restera soutenue.

En savoir plus

Partager cette page :
29 octobre 2019

Blue solutions, en route vers davantage de mobilité électrique !

Créée en 2013 et coté en Bourse la même année, Blue Solutions est le fruit de 20 ans d’investissement du Groupe Bolloré dans la recherche sur la batterie LMP®.

Lire la suite
19 novembre 2019

Green Systèmes : une pépite à suivre !

Le marché de l’efficacité énergétique est en plein boom.

Lire la suite

© 2017 tous droits réservés. Mentions légales