26 avril 2021

« L’événementiel doit devenir de plus en plus vertueux »

Le groupe GL events, qui compte parmi les acteurs majeurs des grands marchés de l’événementiel mondial et organise notamment le salon BePositive s’est engagé depuis plus de 10 ans dans une politique RSE ambitieuse. Charles de Lorgeril, directeur de la RSE, détaille les leviers que mobilise le Groupe pour faire de l’écoresponsabilité un marqueur fort de son identité.

 

Charles de Lorgeril, directeur de la RSE chez GL events

 

Quels sont les piliers de la politique RSE du Groupe, que vous mettez en œuvre ?

Depuis plus de 10 ans, GL events travaille son engagement social, sociétal et environnemental, à travers 5 programmes d’actions : Think Green, qui oriente nos efforts sur les enjeux environnementaux de nos métiers avec des axes fort sur l’économie circulaire et la sobriété carbone, Think People, qui traite notamment de notre responsabilité en tant qu’employeur, Think Local, qui concerne l’animation des communautés et des territoires et la création de valeur locale, Think Ethics, sur la gouvernance, l’éthique et la conformité, au sujet desquelles nousavons par exemple formé plus de 1100 collaborateurs en 2019, et enfin Think Safe, qui regroupe nos engagements en matière de sécurité sanitaire.

GL events, c’est un groupe de plus de 4600 collaborateurs, qui opère sur les 3 grands métiers de l’Evènement : la gestion de sites évènementiels avec plus de 50 sites dans le monde et 14 millions de visiteurs accueillis, l’organisation de plus de 400 salons et événements par an, et la prestation de services aux événements qui mobilise plus de de 100 métiers différents

Ces chiffres, bien sûr, sont ceux de l’année 2019. Mais ils donnent une idée des enjeux à relever en termes de RSE. Car bien évidemment nos événements sont potentiellement générateurs d’impacts négatifs : production de déchets, consommation d’énergie, émissions de GES…, mais ils peuvent aussi être porteurs de bénéfices importants : en investissant pour l’économie circulaire, en favorisant les retombées économiques sur les territoires, en laissant des héritages positifs au terme de l’évènement…

Aujourd’hui, 90% des sites français gérés par le Groupe GL events sont certifiés ISO14001 et 8 sites ont obtenu la certification ISO 20121, unique norme RSE spécifique aux métiers de l’événementiel. Cela fait de GL events le premier réseau d’espaces événementiels certifié de cette ampleur.

 

Pouvez-vous nous donner des exemples d’actions que vous avez menées ?


Les programmes d’actions s’inscrivent dans la durée et s’enrichissent régulièrement.

Par exemple, sur l’ensemble des sites d’exposition français, nous sommes passés à 100% d’approvisionnement en électricité verte et avons ainsi réduit significativement nos émissions de GES. Nous allons étendre cette politique aux sites internationaux, et déployer autant que possible les éclairages leds, avec détecteurs de présence, pour poursuivre notre démarche globale d’optimisation de nos consommations.

Pour éviter la production de déchets, dès la conception et l’aménagement des stands, nous privilégions toujours l’utilisation de matériaux réutilisés, réutilisables ou recyclables, nous inscrivant dans une démarche d’économie circulaire.

Parallèlement, nous développons nos expertises en matière de traitement des déchets produits par les évènements que nous accueillons, en accompagnant le geste de tri de nos exposants et de nos visiteurs, ou en multipliant les partenariats locaux en matière d’économie circulaire : avec Ecopack Solutions, par exemple, qui récupère et recycle les bâches signalétiques des événements, avec Aiden qui collecte les bio-déchets pour compostage et valorisation sur des sites de maraichage, avec Valdelia, qui donne une seconde vie aux mobiliers dégradés après le démontage des salons, etc.
Rien que sur le site d’Eurexpo, par exemple, nous avons ainsi pu valoriser 86 tonnes de déchets mobiliers et 22 tonnes de bio déchets en 2019.

Par ailleurs, nous étudions des projets de production d’énergies renouvelables directement sur certains de nos sites. Ce serait un investissement significatif compte tenu de la période, mais source d’économies à moyen terme et d’une baisse importante de nos émissions carbone.

 

La crise sanitaire a frappé durement les métiers de l’événementiel. Risque-t-elle de mettre un frein aux actions de votre politique RSE ?

Certainement pas. D’une part car la situation que nous vivons ne va heureusement pas durer, et d’autre part parce que la transition vers un monde de l’événementiel plus vertueux et plus responsable n’est pas une option. A ce titre, le groupe vient d’ailleurs de signer un partenariat ambitieux avec l’association les Canaux, pour structurer et intensifier le recours aux acteurs issus de l’Economie Sociale et Solidaire qui portent des solutions innovantes pour nos métiers. 

La contribution d’entreprises comme la nôtre à la transition écologique est une priorité

Notre éco-responsabilité est bien sûr de plus en plus attendue par nos partenaires : qu’il s’agisse des exposants, des visiteurs, des collectivités. C’est un marqueur fort de notre vision de l’avenir. Ces derniers mois, confrontés à l’annulation de nombreux salons, nous avons particulièrement travaillé sur le programme d’actions Think Safe, en intégrant toutes les exigences de la sécurité sanitaire dans l’organisation de nos prochains salons, avec des systèmes de jauge, des services numériques d’accompagnement, un accueil repensé. 

Parce que nous sommes convaincus que les rendez-vous digitaux imposés par la pandémie ont leurs limites : dans le « monde d’après », les femmes et les hommes auront toujours le besoin de se rencontrer, d’échanger, pour développer leurs projets !

Partager cette page :
Actualité précédente
Actualité suivante